Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 11:15

L'an passé mi-mai, j'avais découvert ce sublime endroit en famille DSC08491et il fallait absolument que Fred puisse le parcourir jardin Chaumontà son tour, (voir en cliquant dans ce blog à droite : l'album photo Onzain-Chaumont mai 2012 avec une centaine de photos de 2012 et 2013). Comme pour DSC08547l'article de mai 2012, je vais me contenter de reprendre les mots de la brochure 2013, car on commence déjà par se délecter de ces mots savoureux, il suffit d'y coller mes photos. Il faut dire que Bernard Pivot était le président du jury pour sélectionner une vingtaine de projets d'artistes paysagistes retenus pour illustrer ce thème.  

« L'organe des sens est donc un immense clavier, DSC08501sur lequel l'objet extérieur exécute tout d'un coup son accord aux mille notes, provoquant ainsi, dans un ordre déterminé et en un seul moment, une énorme multitude de sensations élémentaires correspondant à tous les points intéressés du centre sensoriel. » Henri Bergson
DSC08494 Réduction du monde, le jardin se marche, se sent,DSC08496 s’écoute, se goûte, se voit, DSC08520se touche ; l’air y circule au gré du souffle du vent, l’ombre et la lumière y alternent, DSC08531le froid et le chaud,DSC08545 le lisse et DSC08499le rugueux, le liquide et le DSC08540solide, le plat et l’escarpé, le mouvementDSC08519 et l’assoupissement, les cris et les chuchotements s’y succèdent à l’unisson des sens et des sensations.http://i44.tinypic.com/i5ocv7.jpg

 

Notre préférence est allée à la réalisation du "jardin de Germaine" :

une longue terrasse de bois brut invite à la flânerie. Le visiteur se love dans un des fauteuils. Autour de lui, les massifs éclatent de couleurs et d'odeurs. Il se détend alors en observant les plantes danser sur le bassin-miroir,http://i40.tinypic.com/2nulohv.gif parmi les boules à facettes et les bulles de savon. Ses sens sont attirés dans une sarabande disco et euphorique, flottant sur l'eau au milieu des reflets irisés et des éclats miroitants, grimpant à l’assaut des planches sur lesquels les végétaux déchaînés stimulent la vue, l'ouïe, l'odorat, le toucher et le goût. Il peut alors repartir, délassé et rassasié de sensations vibrantes.DSC08493

Et c'est bien en cet état d'esprit que nous sommesDSC08522 ressortis de ces lieux enchantés avec juste le petit regret d'y DSC08495être venu trop tôt dans la saison, et la curiosité des couleurs qui vont l'envahir au fil des saisons.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 13:48

Notre pont de Mai, n'étant décidément pas ensoleillé, nous trouvons à nous réchauffer en famille en allant retrouver notre "Bougeotinette" à Onzain, DSC08486au pied du Château de Chaumont sur Loire. Et c'est à Vtt qu nous décidons de profiter des bords de Loire en remontant ses rives jusqu'à TOURS.DSC08454 La DSC08455distance par la route est d'environ une quarantaine de Kms mais la crue ne permet pas de longer au plus près ses berges, et contraints à plusieurs reprises de s'élever sur les villages alentours pour un parcours final de 60 kms. L'an passé, mi-mai les "Toues cabanées" et autres futeaux amarrés surDSC08457lesquels nous nous étions assis, sont imergés ou flottent sur les eaux gonflées. Nous rejoignons Amboise tout d'abord, et accèdons au Clos Lucé,DSC08459 élégant manoir du 15è siècle, dernière demeure de Léonard de Vinci,DSC08460 dont le parc recèle plusieurs de ses inventions. DSC08461Les ruelles , la porte de l'horloge DSC08462et les efforts de fleurissement en font vraiment une très DSC08464jolie ville, Le château Royal domine la Loire et la Chapelle St Hubert, surnommée le bijou d'Amboise, nous coupe l'appétit !DSC08467 DSC08469Nous hésitons à nous installerDSC08470 sur les pelouses et profitons de la piste à vélo, toute fraiche aménagée DSC08471qui nous permet de longer le fleuve au plus près jusqu'à Lussault. Là, le dénivelé me donne du mal, nous montons jusqu'à l'aquarium du Val de Loire et parcourons les vignobles de touraine, avec en surprise, une balançoirehttp://i42.tinypic.com/6qwtvd.gif installée ici, pour le plaisir et pour  me redonner quelques forces.Puis nous rejoignons Montlouis-Sur-Loire où nous surplombons la Loire avec DSC08476un panorama grandiose par le chemin de bellevue, bien nommé. Enfin après l'effort, le réconfort  dans les berges aménagées de la Ville aux dames, en sentier de découverte, nous nous posons dans les herbes hautes DSC08480face au village de Vouvray, et nous plongeons dans une sieste réparatrice dans une douce chaleur providentielle. Le train est à 18h28,DSC08482 nous nous DSC08484arrachons à regret de ce bel endroit pour entrer en zone urbaine. La circulation est dense, gênée par les travaux du tramway, mais les pistes cyclabes sont sécurisantes et nous guident jusqu'à la cathédrale et la gare enfin où nous réglons notre titre de transport à 8,40 Euros, pour un retour paisible par train régional.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 08:52

Nous avons remonté le cours du Cher, DSC08448pour aller trouver un peu de soleil plus au Nord (un comble !). Le titre aguicheur du TopoGuides sur le Centre-Val de Loire emprunté à la médiathèque : "Le Cher majestueux" m'a semblé plein de promesses. chateauneufNous avons donc mis le cap sur le Berry à une cinquantaine de kms de la maison à Châteauneuf-sur-Cher en hésitant entre balade à pied et Vtt. En réalité peu de rives sont accessibles et 80% du parcours s'effectue sur bitume, je pense qu'il aurait été agréable en vélo d'autant qu'il y a peu de dénivelé, mais les 23 kms nous ont  permis de faire durer un peu le plaisir de quelques rayons de soleil. La première partie longe le canalDSC08435 jusqu'à sa rencontre avec le Cher à Boissereau.DSC08434 Fred y a dégoté 2 bouts de bois flotté aux formes originales DSC08436embarqués sur le sac à dos, puis on s'éloigne au milieu des champs, passons près de l'étang de Rousson où j'envisageais DSC08442de pique-niquer. DSC08440Finalement nous maîtrisons notre appétit puisque le Cher est tout proche, mais ses berges pleines d'orties ne permettent pas de s'installer. C'est à l'écluse de Bigny, près de l'usine et faces aux jardins que l'herbe fauchée sera plus accueillante.DSC08441 Nous cheminons ensuite à travers et en bordure de bois, avec vue sur les paysages du Boischaut.Puis apercevons au loin la basilique Notre-Dame des-enfants joliement dentellée. DSC08443Après Venesmes il est enfin possible de longer les bords de Cher, DSC08445mais le niveau de l'eau est si élevé que nous ne trouverons pas de bois flotté, mais des troncs entiers qui dérivent sur les eaux chargées.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 21:03

Ce dimanche, nous sommes retournés dans les Combrailles, à Mérinchal éthymologiquement :"mont rocheux entouré de marais".Mérinchal Château

Un parcours de 16 kms part du Château de la Mothe construit par les templiers au XIIème siècle désormais investi par la mairie. Mérinchal Château vue sur plan d'eauDu pied du château, un premier plan d'eau paisibleMérinchal Eau relie les hommes donne le ton du paysage parsemé d'étangs et de ruisseaux. Un panneau, installé là par la Communauté de Communes, rappelle le bien précieux que Mérichal Chapelle Calvaire1représente cette eau. La randonnée débute par la petite chapelle du calvaire élevée par une mission sur les ruines de l'ancienne chapelle du château. Mérichal Chapelle CalvaireMérinchal chèvreSe succèdent ensuite fermes, bois, chemins boueux, Mérinchal Jonquilles et croixquelques parterres de jonquilles et des champs tailladés de sillons et rigoles.Mérinchal Plan d'eau maisonnetteNous pique-niquons au bord de la maisonnette de l'étang de Letrade, Mérinchal Plan d'eauoù pas un poisson ne mouche, il fait froid 5°C Mérinchal écrevisseà peine et ne nous éternisons pas de peur de finir comme les écrevisses qui n'ont laissé ici que leur Mérinchal chevreuilcarapace

Mérinchal chevreuil2

A la sortie des bois de la saudade, nous surprenons 3 chevreuils, qui ne tarde pas à déceler notre présence, et s'enfuient lestement, Mérinchal chevreuil fuitenous laissant pour image, leur 3 petits culs blancs bondissant. Un faisan obscur vient ensuite prolonger notre tableau de chasse photographique.faisan

Nous filons à présent en direction de King Charlesla source du Cher en compagnie d'un adorable petit king Charles qui nous emboite le pas depuis le hameau de Miépeix, pour nous guider jusqu'à ce site bien indiqué et équipé d'un panneau d'information sur le tracé de ce petit filet d'eau qui se jettera dans la Loire à Villandry.Mérinchal source

Dans mes souvenirs d'enfance, l'école tient une grande place. En primaire déjà, J'aimais lorsque nous étudions notre environnement  et m'evertuais à retenir les altitudes, les dates (bienque les chiffres et moi....) Mérinchal source 1éberluée par la mémoire infaillible de mes parents concernant l'histoire et la géographie de France. Une commune a ainsi marqué ma mémoire : Mérinchal, source du Cher qui coule dans les rues de Montluçon. Je me souviens y avoir emmener mes enfants, et y avoir ressenti une absurde déception...c'est donc ça ! C'est tellement simple aujourd'hui de cliquer sur internet pour en sortir une image...que je ne peux pas vous traduire ce que, faute d'image, mon imagination avait créé autour de ce lieu "appris par coeur" et récité à la manière lancinante de nos leçons d'enfants.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 19:59

Déprimés par la joie insolente des grenouilles de notre bassin,bassin 100 nous avons Bassin au printemps2profité du premier rayon de soleil de ce dimanche après midi pour foncer dans les Combrailles à St Priest des Champs. DSC08322C'est une jolie balade de 11 kms, bien annoncée, panneaubalisée de jaune qui part du bourg de St Priest des Champ . On descend par un sentier boisé. DSC08276Nous sommes déjà venus en 2003, et 2008 et découvrons DSC08278des 5088341pancartes et des passerelles de bois qui n'étaient pas installées alors.DSC08286 C'est une bonne initiative, car cet endroit  vaut le détour, le ruisseau de l'Auzelle fait une chute de 10 m pour rejoindre ensuite le Chalamont.DSC08294DSC08287 DSC08289Asseyez-vous là,DSC08298 2 minutes sur le bancDSC08300 et dégustez le chant du Glouglou à entendre sur la vidéo.

Nous remontons ensuite le cours d'eau jusqu'au moulin Chauteix, où je dévale au pied du pont pour m'approcher de la cascade formée par le trop plein qui se déverse du bief. DSC08309DSC08303DSC08304Nous rejoignons un autre moulin, aménagé également en gîte : le moulin balot. DSC08315Le décor fait du bien, avec la meule mise en valeur,DSC08318 un petit pont de pierre mangé par le lierre. Des jeunes ont égliseréinvesti le coin et retapent de vieilles maisons, le reste du parcours s'ouvre sur la vallée et on rejoint le clocher qui affiche 17 h, l'heure de rendre visite à Dédé et Josette, échoués en maison de retraite...

Partager cet article
Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 15:38

En décembre 2012, la météo clémente nous a permis de parcourir quelques chemins du passé. DSC07841-circuit-la-bouchatte.jpg

Nous avons posé la voiture au village de la Bouchatte où mes arrières-grands parents on vécu. DSC07838DSC07842Les maisons sont construites ici avec un grès colorés issu des carrières de Saulzais de Potier qui donne un joli ton rosé au paysage bocager alentours. D'ailleurs nous partons d'un lavoir restauré dans ces couleurs au  pied d'une ancienne tuilerie dont ne reste que la cheminée. Nous prenons la direction de l'étang de la Loubière où je venais me baigner enfant. Avec mon frère Alain, nous essayons de râcler nos fonds de mémoire pour reconstituer le décor de l'ancienne plage de cet étang essayant de resituer le camping où mon père retrouvait son copain "Mickey".DSC07851 Mais dans l'euphorie de notre retour sur passé nous oublions simplement de consulter la carte qui nous éclaire par la suite : DSC07855.JPGce premier étang est celui de "la Rouanne"  et n'a rien à voir avec celui situé quelques mètres plus loin, où tout DSC07854nous revient intact, pimenté par les anecdotes de mon père. Mes lèvres bleuies par le froid, à vouloir rester à l'eau à barboter avec mes frères, les 1ères brasses "coulées" de ma mère, la nage à l'indienne de mon père, les clés fermées dans la 1307...Il ne reste rien ici pourtant de cette ambiance de vacances, le calme y est revenu s'installer paisiblement.DSC07859DSC07860DSC07865et puis nous arrivons à l'étape qu'il me tardait d'atteindre : Le château de la Lande. Ce sont là où mes grands parents ont travaillé : Émilienne aux cuisines et Marcel à l'Orangerie. Ils se sont mariés à la même époque en janvier 1929. Déjà en longeant le mur d'enceinte, je suis à l'affût de la moindre brèche qui me permettrait de l'apercevoir ou mieux : de m'y faufiler. Mon père nous raconte que la dernière fois qu'il y est entré dans les années 1947/1950, il a joué en ces lieux une piécette de théâtre. A notre grande surprise et pour ma plus grande joie, l'entrée latérale est grande ouverte.DSC07867 J'y entre avec ma mère et mon frère au comble de l'excitation et suis étonnée que mon père n'ose pas nous suivre. Ce sont d'abord les écuries et ce qu'il nous semble être "l'orangerie" justement que nous longeons. Les lieux sont déserts et nous nous aventurons jusqu'aux allées du château.DSC07868Je sais bien que nous sommes "en infraction" à entrer ainsi dans une propriété privée, mais j'en ai des palpitationsDSC07872Mes grands parents ont assisté ici à des festivités : les noces de la fille de la comtesseDSC07873Nous apercevons mon père, resté aux grilles de l'entrée principale, respectueux, tandis que je photographie la propriété sous tous ses angles.DSC07876 DSC07877DSC07878         C'est enfin l'approche de l'orangerie, qui est magique.DSC07869DSC07879DSC07884DSC07883DSC07885Les anecdotes un brin coquines de mon grand-père sur les ardeurs de la comtesse nous font sourire, son espièglerie plâne sur ces lieux etChateau-de-la-lande.jpg c'est particulièrement émouvant d'avoir pu s'imiscer au coeur de ces bâtiments désormais classés et inscrits depuis 1992 au patrimoine de France. Ils ont servi DSC07891récemment de décor au "festival du grès rose" qui se déroule en mai. (voir aussi reportage émouvant : http://berrichonne.canalblog.com/archives/2011/07/02/21526210.html ) Notre boucle s'est terminée ensuite dans une ambiance de DSC07861-grange.jpgrécits familiaux où s'entremêlent les noms de lieux Chambourtière, le Château de Cornançay, La Celette, la Queugne, les ptits coins, Épineuil.... et une nostalgie ambiante digne du Grand-Meaulnes."Je crois que la sympathie illimitée est seule capable de communiquer cette vie passée qui a produit les pensées, qui est les pensées. Dansez un peu avec l'ours silencieux" (lettre d'Alain Fournier à Jacques Rivière, 21 mars 1906)

Partager cet article
Repost0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:00

 

Pour nous rendre à nos travails respectifs, Photo0413nous parcourons les chemins à VTT, Photo0416et dernièrement ce n'est pas la neige qui nous a arrêté....DSC0000061DSC0000060Photo0409

Mais une auto qui a renversé mon homme à un rond-point, heureusement qu'il a la tête dure !

Partager cet article
Repost0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 16:36

Le lendemain, j'avais projeté de dépasser nos frontières bourbonnaises, pour une incursion dans le département de la Loire,DSC08106 et pour longer ce fleuve impétueux. DSC08100DSC08102Le DSC08104bourg de DSC08110"caractère" de St Jean St Maurice/Loire nous a séduit au petit matin avec ses ruelles médiévales, son donjon surplombant les gorges de la Loire,DSC08108 la vue magnifique qui DSC08103s'ouvre sur la retenue du barrage de Villerest où nous avions prévu de randonner. Nous avons hésité à partir directement de ce joli bourg pour nous élever sur les crêtes DSC08111et rejoindreDSC08109 DSC08112la base de loisirs du lac de Villerest, d'autant qu'un balisage était en cours, fait de tissu bleu, vraisemblablement organisé par la Communauté Ouest Roannaise. Nous retrouverons ce balisage en bord de plage au Lac de Villerest, où nous débutons un parcours de 7 kms très agréable.DSC08113 Il débute avec l'exposition de meules, destinées à la fabrication de papier à l'aide de chiffons, exposées un temps à la cité de la science à la Villette et revenues ornées les bords de Loire, et d'un sentier botanique qui fait longer, criques plages, mises à l'eau tel un sentier de douaniers.DSC08116 DSC08118Puis le chemin s'élève offrant de jolies vuesDSC08119 panoramiques sur le lac et le DSC08115barrage pour retrouver les ruelles du DSC08125village. NousDSC08123 sommes là encore agréablement surpris par plusieurs maisons à colombage en bel état, et des fortifications qui encerclent l'église,DSC08124 dévoilent un puits DSC08127et nous conduit jusqu'au barrage mis en service en 1985 seulement.DSC08129 La production électrique de cet ouvrage (167 millions de Kwh/an) est secondaire, sa fonction principale étant de réguler les crues qui notamment en décembre 2003 et novembre 2008 ont augmenté le niveau de la retenue à l'amont de 27 m ! et 15 m.( d'après le guide "La Loire entre Auvergne et Rhône" que je me suis procurée à la bibliothèque avant mon départ). Nous avons choisi de finir en beauté ce parcours, en nous approchant, du restaurant de la plage, qui suplombe de ces larges baies vitrées le site.DSC08136 Un ami, m'ayant mis l'eau à la bouche en m'indiquant ici, DSC08137un plat de cuisses de DSC08135grenouilles, nous nous offrons un menu gourmand, dans un cadre idyllique que nous sommes les premiers à investir. La salle est vaste et belle, décorée de peintures, et l'accueil très sympatique. Quant à la cuisine, les verrines sont raffinées, et les cuisses de grenouilles à la hauteur de mes espérances. L'après midi est consacré ici à des cours de cuisine, DSC08138mais il est temps de nous en échapper afin de DSCI0537.JPGparticiper au carnaval de DSC08174.JPGl'école de Châtel Montagne, qui sera aussi d'un pur régal, bien que peu efficace à chasser l'hiver !

Partager cet article
Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 18:58

Jeudi, j'ai entrainé 1 loge des gardesmon frère en montagne bourbonnaise, tester la marche en raquettes, du côté de la Loge des gardes (commune de Laprugne 03). C'est la première station de ski du nord de l'Auvergne , située sur un plateau à environ 1100 mètres d’altitude, encadrée d’épicéas et de sapins douglas. 

J'avais reperé un parcours balisé d'une douzaines de kms DSC08082conduisant versDSC08083 les sommets des Monts de la madeleine et se frayant un passage dans les bois et les affleurements rocheux,DSC08084 jusqu'à la pierre druidique : dite "la pierre de jour" , à 1164 mDSC08086qui aurait peut-être, selon la légende, DSC08087servi de lieu de sacrifice aux celtes. DSC08091DSC08092J'abandonne rapidement les raquettes qui m'entravent, m'enfonçant de 60 bons cms, dès que je m'écarte des pistes. DSC08094NousDSC08089 nous évertuons à suivre le balisage blanc/vert de la montagne DSC08095bourbonnaise, mais nous prenons une mauvaise direction, et nous contenterons d'une vue dégagée et d'un circuit abrégé, qui nous fait bien profiter d'un joli décor d'hiver, avant de rentrerDSC08258 en famille sur Châtel montagne.DSC08257

Partager cet article
Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 12:19

Bourges-Sancerre® est une randonnée à pied de 56 kms  

Ce n’est ni une course, ni une compétition.

Chaque participant doit se préparer moralement et physiquement: 

Bourges - Sancerre est une épreuve exigeante.

 

Nous voilà à quelques heures du départ, et suis encore à me demander pourquoi j'ai relevé ce défi...Ma collègue Chantal se joint à l'équipe infernale : Bubu, Chicken et mon zhomme. J'espère que cela m'aidera à poursuivre jusqu'à l'arrivée car suis plutot motivée mais sais combien je vais en baver et si je compte sur les encouragements des gars ...!

Je prendrais quelques photos et ça devrait être mémorable. YALLA !carte Sancerre

 

17/02 à Minuit: nous voilà prêts au départ au pied de la cathédrale de Bourges.DSC08053Nous sommes environ 1200 participants inscritsDSC08055 cette année sur ce parcours, annonce-t-on à la tribune, au son d'un orchestre qui nous fait esquisser quelques pas de danse, tandis que les gars, règlent leur GPS. Nous nous élançons dans les rues médiévales de Bourges à allure vive, pour rejoindre ensemble le premier poste de ravitaillement situé à 11 kms à St Michel de Volangis. Le départ est bitumé et éclairé. Mais nous nous retrouvons rapidement en pleine campagne , et empruntons des chemins boueux qui mettent à l'épreuve nos cuisses, ça glisse et les gars prennent de l'avance sur Chantal et moi.LES BARJOTSNous les retrouvons au 2ème poste de ravitaillement après 21 kms parcourus, aux Aix d'Angillon, où commencent les premiers abandons. Le parcours qui mène au 3ème poste nous semble interminable, nous savons que nous y arriverons vers 6h et que le lever du jour pourrait DSC08061nous aider à nous motiver, mais le sol est glissant, les premières douleurs apparaissent et nous ralentissons la cadence. Je me fais une raison :Photo0397 nous avons parcouru la moitié du trajet et au prochain contrôle commencera le dénivelé des côteaux (840 de déniv positif). Il est évident que je ne pourrais marcher 6h de plus. J'annonce à Chantal ma résolution d'abréger nos souffrances. En arrivant au ravitaillement d'Humbligny, nous venons de parcourir 31 kms en 6h. Un panneau routier indique Sancerre à 17 kms...mais le tracé envoie dans une direction opposée pour l'objectif des 25 kms restant. 2 bus ayant DSC08058acheminé les participants du circuit prévu de Morogues-Sancerre (dont le départ  était entre 5h et 6h30) prévoient le réacheminement sur Bourges ou Sancerre. Nous sommes nombreux à abandonner, le bus nous conduit ensommeillées vers l'arrivée aux DSC08057.JPGcaves de la Mignonne. Nous y arrivons vers 7h30 en même temps que les premiers coureurs qui ont choisi de faire un trail de cette randonnée. Certains s'effondrent de fatigue à même le sol. Nous patientons au chaud en prenant des nouvelles des garçons. Ils poursuivent DSC08067à une belle cadence. Tandis que sont installés les trophés destinés aux randonneurs les + fidèles et méritants. Ce sera Bubu, que j'apercevrais en DSC08069premier du haut du promontoire où je guette les arrivées à partir de 11h. Je lui hurle mes encouragements puisDSC08070 aperçois mon Fred et le courageux Chicken. Fred et Chicken arrivéeIl DSC08074arrive pâlot le pauvre, les pieds ensanglantés d'ampoules, je suis fière de ces 3 gaillards qui ont parcouru un total de 58 kms (d'après correction des GPS) en 11h20 soit une moyenne de 5,2 kms/h !!DSC08076 Ils font tamponner leur carnet de route et remettre le bonDSC08077 pour un verre de Sancerre bien mérité.DIPLOME B.Sanc Je vais récupérer l'auto avec Chantal, montant l'ultime côte du cimetière, et retrouvons nos héros épuisés (uniquement des jambes), qui jacassent sur leur exploit, sur la banquette arrière dodelinant malgré eux de la tête emmenée par la fatigue.Berry article2Berry article

Partager cet article
Repost0